Musée Jacquemart-André

Sortie culturelle du groupe Ambition Sup Techno au musée Jacquemart-André

Le 5 décembre 2016, nous avons visité le musée Jacquemart-André, se trouvant au 158 boulevard Haussmann à Paris, dans le cadre d’une sortie organisée par l’option Ambition Sup. Lors de cette visite, nous avons pu découvrir la plus belle collection privée d’œuvres d’art de Paris et les caractéristiques de ce quartier conçu par le préfet Haussmann. Le musée Jacquemart-André accueille aujourd’hui une collection d’œuvres françaises, hollandaises et de la Renaissance italienne.

Nous avons pu découvrir un hôtel somptueux  habité par la bourgeoisie impériale autour du jardin de la Plaine Monceau. Cet hôtel devenu musée est détenu par L’Institut de France. Il était auparavant habité par Edouard André (mécène et collectionneur) et Nelie Jacquemart (Mécène artiste-peintre et collectionneuse). Edouard André a été l’instigateur du musée des arts décoratifs mais il ne l’a jamais connu de son vivant. Monsieur André a été reconnu par Napoléon III pour l’exposition universelle de 1867 comme organisateur et prêteur dans la section des Beaux-Arts.

Le couple André collectionne des objets d’art qu’il achète lors de ses voyages en Italie tels que La Fresque de Tiepolo « La réception d’Henri III à la villa Contarini » (1745). Peinte pour la villa Contarini en Vénétie, elle illustre clairement la virtuosité illusionniste du peintre italien grâce à l’illusion d’optique qui fait sortir un enfant du tableau et trouve parfaitement sa place dans le grand escalier d’honneur de l’hôtel Jacquemart-André.                                                               

Le musée Jacquemart-André se caractérise par la diversité de ses espaces. Nous avons ainsi découvert différentes parties dans le musée. Nous avons pu visiter les grands salons, composés d’un salon de peintures qui est une antichambre mais aussi une pièce de circulation, ou encore le grand salon, qui constitue une pièce de réception par excellence. Nous avons également découvert le cabinet de travail où M. André recevait ses relations d’affaires, ou encore le boudoir de Nélie Jacquemart. Nous avons particulièrement aimé le jardin d’hiver, pièce très à la mode à l’époque du Second Empire, et empruntée à la tradition anglaise. Le choix de la flore donne un coté exotique à la salle. L’ornement principal est un escalier à double révolution crée par l’architecte Henri Parent, construction féérique d’une légèreté surprenante.

Dans l’actuel musée Jacquemart-André, un salon magnifique est dédié au café et rend hommage à la cuisine gastronomique française. C’est l’un des plus beaux salons de thés de Paris. Il est installé dans l’ancienne salle à manger au plafond décoré d’une fresque de Tiepolo.

Lors de notre visite, une sculpture a particulièrement retenu notre attention. Il s’agissait d’une jeune femme accroupie, le regard mélancolique ; sa position géographique était disposée de manière que la lumière tombante du soleil se réfléchissait sur sa peau, ce qui créait ainsi un contraste entre sa mélancolie et le caractère joyeux que pouvait provoquer la lumière.  

    

Les élèves du Groupe Ambition Sup Techno